Css Input Button by Free-Buttons.org v2.0
Nos liens


Vers le Maquis :

  • (*) Le musée des Troupes de marine, ex-troupes coloniales : situé à Fréjus, il détient un fond du capitaine André Lanvin-Lespiau et une vitrine sur le Maquis de l'Oisans. Lieux de mémoire incontournable où la qualité de l'accueil et les compétences sont au rendez-vous.

  • (*) La section Porte, les brûleurs de loups (BDL) comme ils se nommaient, "les intellectuels" comme disait Lanvin, les scouts comme ils étaient connus... Ils sont surtout ceux qui ont vécu le drame du Poursollet et qui depuis traversent les années sans manquer de se retrouver et de transmettre la flamme de la Résistance et la joie de ceux qui s'estiment en sursis depuis qu'ils ont sacrifié leur vie en 1944.

  • (*) La section Porte se souvient : témoignage de Henri Pellet.

  • (*) La section Porte se souvient : témoignage de Jean Duby.

  • (*) La section Porte se souvient : témoignage de Gérard Langlois (2001).

  • (*) Deux héros grenoblois, membres du Maquis de l'Oisans : Jean Bocq alias Jimmy et Paul Gariboldy alias Paul Vallier. Ce dernier était chef d'un corps franc de Grenoble et comptait son ami dans ses rangs. Surprenant ou simplement décevant de ne trouver aucune mention de leur appartenance au Maquis de l'Oisans?

  • (*) Les Indochinois du Maquis : Les fidèles du 10ème RAC qui suivaient le capitaine André Lespiau depuis 1942. Il leur avait promis de reprendre les armes.

  • (*) Les Indochinois du Maquis : Cet article plus complet que le précédent s'enrichit de quelques anecdotes croustillantes sur ces troupes coloniales et le caractère du capitaine André Lanvin-Lespiau.



En rapport avec le Maquis :

  • (*) Grenoble, deuxième des cinq villes nommées compagnons de la Libération doit une grande partie de sa liberté recouvrée au Maquis de l'Oisans. Il semble que la mémoire doit ici aussi être rafraîchie.

  • (*) Le musée de la Résistance et de la Déportation en Isère : La mauvaise nouvelle. En effet, quelle mauvaise surprise de constater que les mots "Oisans, "Lanvin" et "Lespiau" sont inconnus du moteur de recherche d'un tel site.
    Quelle autre mauvaise surprise de ne trouver dans sa librairie aucun des livres sur le Maquis pourtant accessibles sur notre site.

  • (*) Réseau de Résistance Turma-Vengeance : le père (le capitaine Paul Lespiau), la sœur (madame Charles de Pillot de Coligny, née Paulette Lespiau, croix de guerre 1939-45) et le beau-frère (le capitaine Charles de Pillot de Coligny) du lieutenant-colonel André Lanvin-Lespiau ont fait partie de ce réseau.
    Ils l'ont payé cher : le capitaine Charles de Pillot de Coligny a été interné à Dachau et ne fut libéré qu'en avril 1945. Le capitaine Paul Lespiau est mort en mars 1945 à Buchenwald. Liberté Provisoire lui est dédié.
Retourner en haut de la page

Copyright © 2010 - Maquis de l'Oisans : Mémoire en Vérité - Tous droits réservés
Contact