Css Input Button by Free-Buttons.org v2.0
Les ouvrages sur le Maquis


Les quatre ouvrages fondamentaux

Description :
Auteur : Capitaine Lanvin.
8 pages.
Format : 14,8cm x 21cm.
À compte d'auteur.

Imprimé à : Imprimerie Nationale de France en Autriche - J.546 Voralberg. Teutsch. 1947.
Épuisé.

Historique :
Alors que le capitaine André Lanvin-Lespiau avait repris du service dans les Troupes coloniales, sa sœur, Paulette de Pillot de Coligny, publiait en 1947 ce document en Autriche où servait alors son mari, le capitaine Charles de Pillot de Coligny.
Ces 8 pages forment un compte-rendu tout militaire de l'action du maquis de l'Oisans, écrit quelques heures seulement après la Libération et de la main même de son chef. Celui-ci en responsable militaire, avait imposé tout au long de l'existence de son maquis de l'armée secrète, la rédaction d'un journal de marche et des opérations, à l'instar des documents officiels des unités de l'armée régulière.


Télécharger
Description :
Auteur : Lieutenant-colonel Lanvin.
416 pages et 77 d'annexes.
Format : 16cm x 23,7cm.
À compte d'auteur.

Imprimé par la société nouvelle de l'imprimerie des Deux-Ponts. Grenoble. 1973.
Épuisé.

Historique :
Les années ont passé, le chef n'avait pas changé, ni la vérité des faits d'ailleurs. Il fallait la graver dans le marbre : Liberté provisoire est vérité définitive, incontestable et inconstestée du maquis de l'Oisans dans laquelle les anciens se retrouvent dans la même confiance réciproque que jadis avec leur chef charismatique, "le colonel".
Incontournables pour qui veut approcher ou étudier le maquis de l'Oisans, ces pages ne flirtent ni avec la concession à l'eau de rose, ni avec le politiquement correct d'une histoire reconstruite ou sujette à interprétation. Les faits sont ténus pour l'officier colonial.
Elles ont le goût des larmes, du sang, des âmes trempées et des cœurs d'acier. Elles sont de ces hommes qui font les guerres et permettent la paix.
C'est sans doute pour cela qu'elles n'ont pas la reconnaissance officielle des musées et des fondations. Peu importe :
elles seront bientôt téléchargeables ici par tous. Pour que la vérité passe.
Description :
Auteur : Collectif.
317 pages.
Format : 16cm x 23,7cm.
À compte des auteurs.

Préface du général Alain Le Ray.
Présentation du lieutenant-colonel Jean-Charles de Pillot de Coligny, neveu et filleul du lieutenant-colonel André Lanvin-Lespiau.
Imprimé sur les presses de l'imprimerie T.T.G. 1996.
Épuisé.

Historique :
Ce recueil a été voulu dès 1994 par les descendants, enfants et petits-enfants de ceux qui ont participé avec le maquis à la libération de la vallée de la Romanche et de Grenoble en août 1944.
Le colonel Lanvin, ancien chef de ce maquis, a soutenu cette idée pour marquer le cinquantième anniversaire de ces événements et a désiré que cet ouvrage soit préfacé par le général Le Ray.
Les descendants souhaitaient un livre où la spontanéité et la sincérité de ces jeunes Français de l'époque l'emporteraient sur l'autosatisfaction et le récit historique. Ils ont ainsi rassemblé dix témoignages, dix points de vue différents, dix façons au travers d'une aventure personnelle, de vivre des moments aussi tragiques qu'exaltants. Quels que soient leur rôle et leur motivation, que leur témoignage ait été rédigé "à chaud" ou bien longtemps après, tous ces textes contiennent la même charge d'émotion et parlent d'une même Voix de Liberté. Les auteurs offrent ainsi un hommage à leur chef disparu.
Bientôt téléchargeable. Pour que la mémoire passe.
Description :
Auteur : Collectif.
192 pages.
Format : 14cm x 20,3cm.
Édition Delanoël.

Imprimé à : Imprimerie-Reliure Mame à Tours. 1964.

Historique :
"La Résistance par ceux qui l'ont faite" : voilà une collection dirigée par Philippe Breton qui s'annonce bien. Et qui tient ses promesses.
Pas un mot en plus de ceux écrits par les acteurs de l'époque : dans ce livre, six témoignages de volume différent mais de valeur égale sur des Maquis très différents.
On découvre avec plaisir que la couverture est illustrée avec la même photo que celle de Liberté Provisoire.
À propos de photos, on trouve en illustration de ce témoignage, deux photos inédites du Maquis, prises quelques secondes avant des photos cultes (la mort de Tu et la photo auprès du feu de bois).
Le témoignage sur notre Maquis relate le combat des Grandes Rousses le 14 août 1944. il est écrit par le lieutenant Menton, chef du G.M.4 qui commandait l'action et préfacé par le capitaine André Lanvin-Lespiau en personne.
Voilà deux raisons suffisantes pour le voir figurer dans cette rubrique.

Télécharger


Retourner en haut de la page

Où l'on parle du Maquis de l'Oisans

Description :
Brochure comprenant 2 pages sur le Maquis de l'Oisans.
Imprimé en 1961.

Historique :
Visiblement, si ne peuvent être remises en cause la bonne volonté et l'intention de bien faire de l'auteur de cet article, il a paru cependant aussi peu inspiré que bien informé.
En effet, les erreurs tant historiques que simplement typonymiques montrent le peu de documentation dont on disposait alors pour écrire avec sérieux sur le maquis de l'Oisans.
On y fait mention du commandant Lespiaud (sic) alors qu'il s'agissait du capitaine Lespiau. Il est vrai que celui-ci n'était plus en première ligne d'une guerre terminée mais poursuivait sa carrière coloniale sous d'autres cieux, carrière à laquelle il mettra un terme en 1961.


Télécharger
Description :
Brochure comprenant 7 pages sur le Maquis de l'Oisans.
Imprimé en 1968.

Historique :
Le lieutenant-colonel André Lanvin-Lespiau a pris sa retraite dans la région de Grenoble. On peut penser que la parution de l'article de l'édition précédente a été portée à sa connaissance.
Cette édition de 1968 comporte en effet 7 pages de renseignements signées "commandant Lanvin, chef du secteur 1".
Un prélude à la parution de Liberté provisoire qui va suivre.


Télécharger
Description :
Auteur : J. Martel, ancien curé de Saint-Martin d'Uriage.
177 pages.
Format : 14,8cm x 21 cm.
Imprimé sur les presses de l'imprimerie Commerot. Grenoble. 1987.

Historique :
Avant propos : "Quarante ans et plus se sont écoulés depuis le temps où les événements que je me propose de rapporter se sont passés (1942 - 1944). Il s'agit de faits significatifs que j'ai décidé de raconter, beaucoup moins au titre du récit qu'à celui du témoignage.
Ce témoignage est celui d'un résistant certes, mais, d'abord celui d'un pasteur, d'un prêtre et du rôle qu'il a pu remplir, en des circonstances exceptionnellement troublées et dangereuses, pour la sauvegarde de tout un secteur...
Je crois, en effet, que ces faits sont de nature à ajouter quelque chose sur la doctrine de la Milice, ses objectifs, ses rapports avec l'Église et son comportement dans la zone occupée, pendant la guerre, à l'égard de la population et de la Résistance.
Je m'étais abstenu de rien écrire jusqu'ici, par raison de conscience et pour ne compromettre personne.
Le temps d'une large prescription étant écoulé, je cède au conseil autorisé, qui me vient de plusieurs côtés, de relater ces faits pour qu'en soit conservé le souvenir et que la vérité soit établie.
Je le ferai sous forme d'épisodes multiples qui, tout en étant distincts, comme les faits de la vie, se complètent les uns les autres et, finalement, composent un tissu homogène et une totalité".

C'est pourquoi nous vous proposons en téléchargement les "épisodes" qui mettent en avant le Maquis de l'Oisans et les excellents rapports qu'il entretenait avec la population.


Télécharger
Description :
Auteur : colonel Maurice Rives et Robert Dietrich.
Magnifique ouvrage écrit par des spécialistes passionnés de la question de la Force Noire.
351 pages.
Format : 23,5cm x 33cm.
Imprimé à l'imprimerie Hérissey à Évreux. 1990.
ISBN : 2-9504297-0-X

Historique :
"À l'occasion d'une rencontre tenue à Cotonou en décembre 1986, nos Frères d'Armes africains ont exprimé le vœu de mieux connaître les actions héroïques accomplies par leurs pères et leurs grands-pères au cours des différents conflits auxquels ils ont pris part, afin d'en conserver le souvenir et de pouvoir les citer en exemple aux jeunes générations.
L'association française "Frères d'Armes" a considéré qu'il était de son devoir de les aider à réaliser ce vœu. Grâce au dévouement et la compétence de deux historiens, anciens des Troupes de Marine, M. le professeur Dietrich et le Colonel (e.r.) Rives, il a été possible de le faire sous la forme d'un Mémorial des combattants d'Afrique noire et de Madagascar".

Il est justice de trouver dans ces pages un article sur le Maquis de l'Oisans qui comptait dans ses rangs bon nombre d'Africains. Il est tout aussi intéressant d'y trouver un récapitulatif des Maquis issus des Troupes coloniales auxquelles appartenait le capitaine Lanvin-Lespiau.


Télécharger
Description :
Auteur : collectif.
671 pages.
Format : 17cm x 24cm.
Imprimé à Valence (Espagne) sous les presses du groupe Jobs Grafic's. 2010.
Éditions Anovi (www.anovi.fr).
ISBN : 978-2-914818-46-9

Historique :
En 2008 s'est ternu un colloque international sur le thème "les militaires dans la résistance en Ain-Dauphiné-Savoie". Deux ans plus tard, cet ouvrage en propose les actes : la lecture de ces pages suffit à se faire une idée du travail considérable qui a été réalisé pour compiler et réécrire toutes ces interventions.
On aura rarement vu un tel parterre d'universitaires et de grands pontes de l'histoire moderne, cotoyant des généraux et des spécialistes de la seconde guerre mondiale d'autant que le sujet abordé offrait peu de place à l'improvisation. Ceci expliquant cela.
Parcourir ces lignes page après page laisse un sentiment double :
- L'érudition des intervenants ne fait aucun doute et nombreuses sont les facettes de cette période de notre histoire et de la population ciblée qui sont levées avec la délicatesse qui s'impose et les preuves qu'elles exigent. On y apprend beaucoup tout en parcourant un panorama assez complet des différents modes de prospection et d'historiographie.
- Néanmoins, le tableau est gâché par un travers sous-jacent et deux écarts avérés.
L'erreur fatale à qui s'intéresse à la guerre est de considérer le militaire comme seul responsable de la guerre. Si ce dernier peut répondre des actions menées, il ne peut en aucun cas être tenu responsable des moyens que l'État - donc le Peuple par son vote - lui confie ou encore de l'entrée en guerre qui est aussi et seulement un acte politique. Sauf à faire mentir Clémenceau d'une guerre à l'autre.
Avant donc de vouloir juger de l'attitude des officiers et de leur choix au moment de l'armistice signée par un homme politique, constitutionnellement mis en place au sommet de l'État par les hommes au pouvoir, il serait juste et normal de juger les décisions et le comportement de ces mêmes responsables politiques dont l'ouvrage ne cite pourtant aucun nom et que l'histoire oublie.
Pourquoi chercher à dresser une typologie des choix de vie des officiers après l'armisitice quand on ne s'intéresse pas aux responsabilités, aux motivations et aux choix des décideurs politiques qui les ont mis dans cette situation?
Les écarts constatés :
- Il est désormais passé de mode - Dieu merci - de brosser un portrait binaire et réducteur de cette période où Vichy serait le pendant de Londres et vice-versa et De Gaulle l'inverse de Pétain. Par exemple : pourquoi se glorifier sur plusieurs pages que les étudiants d'aujourd'hui reconnaissent par sondage que s'ils avaient eu le choix, ils auraient plus suivi De Gaulle que Pétain? Que vient apporter au débat cette lapissade que les gens choisissent toujours après la guerre le camp des vainqueurs? Sauf à expliquer le point suivant...
- Trois pages seulement - et de qualité - sont consacrées au Maquis qui a libéré Grenoble, au Maquis de Kopicki qui fit exploser la caserne Bonne en décembre 1943, au Maquis de Grenoble commandé par un officier d'active entré dans la Résistance avec l'unité militaire qu'il commandait alors, je veux dire - et vous l'aurez compris - le Maquis de l'Oisans. Ce sort réservé que l'on pourrait qualifier d'ostracisme est incompréhensible à ce niveau-là du traitement de l'histoire. À moins qu'il s'agisse de la reconstruire.
Le CD joint est instructif. Malheureusement, il comporte des erreurs dans la biographie du capitaine André Lanvin-Lespiau. C'est d'autant plus dommage que c'est la seule qui concerne le Maquis de l'Oisans sur plus de 250.
Incompréhensible surtout quans on sait que l'Oisans avait le Maquis le plus nombreux après le Vercors.


Rien à télécharger
Description :
Auteur : Elisabeth Rioux-Quintenelle alias "Marianne", infirmière du Maquis de l'Oisans.
207 pages.
Format : 17cm x 24cm.
Imprimé.
Éditions de Belledonne, 1996.
ISBN : 2-9111 48-16-9

Historique :
Incontournable.
"Amis résistants,maquisards ou soldats, qui lirez ces quelques pages, pensez que c'est une infirmière qui raconte : elle a vécu vos combats, mais à sa façon.
Et vous, jeunes ou moins jeunes qui n'avez pas connu ces événements, que chaque ligne vous dise : "plus jamais ça" et vous rappelle que le courage de se battre pour la Liberté est un héritage merveilleux qu'il ne faut pas galvauder. Le réveil serait terrible". Marianne.

La guerre sans arme est, en fait, le journal d'une infirmière pendant la guerre de 1939-1945.
Marianne nous raconte avec une ardeur passionnée ses aventures dans la Résistance, au Maquis de l'Oisans et dans les neiges du Mont-Froid. Plus qu'un témoignage, il s'agit surtout de son récit où le rêve accompagne parfois la réalité".

Rien à télécharger
Description :
Auteur : Colonel Paul Gaujac, ancien directeur du Service Historique de l'Armée de Terre.
8 pages.
Article tiré de la revue spécialisée Militaria (n° 171 d'octobre 1999).

Historique :
Incontournable.

Très bon article, fruit d'une recherche approfondie et d'une étude sérieuse des sources. Une grande partie de la documentation provient du musée des Troupes de marine de Fréjus.
Deux très bonnes cartes synthèse de première qualité : les 7 secteurs de l'armée secrète en Isère et la disposition des unités du secteur 1 (Les 5 groupes mobiles et le PC avant). Ces croquis sont à mettre au compte de l'auteur.

Télécharger
Retourner en haut de la page

Copyright © 2010 - Maquis de l'Oisans : Mémoire en Vérité - Tous droits réservés
Contact